background
Rangs et titres de noblesse

13 Jul

2013

Avatar
Écrit Par  Yann Bidon
 Avoir Comments  15

Rangs et titres de noblesse

Aujourd’hui, on va parler de la noblesse et notamment des rangs et titres de noblesse. On entend souvent dans les séries, la littérature et autres œuvres, parler de comte, marquis, duc, mais de quoi il en retourne exactement ? Quel est le rôle de chaque titre, leur place dans la hiérarchie ? À dire vrai, répondre précisément à cette question serait très compliqué car certains rôles ont vu leur importance croitre ou inversement décroitre au fil du temps et des régimes. Je vais ici m’intéresser principalement au Moyen-Âge en France car c’est celui dont on parle généralement. Et je vous propose de commencer la hiérarchie nobiliaire du plus petit au plus grand.

Le plus faible rang est celui d’écuyer qui, j’insiste, n’est pas un titre. À l’origine, c’était le rang porté par un gentilhomme (personne née noble) ou un anobli (personne pas née noble mais anoblie par sa fonction ou par lettre patente du roi) qui accompagnait un chevalier. Ce dernier était alors en charge de l’écu (bouclier avec sa partie inférieur en forme ogivale) d’où le nom écuyer. Au fil du temps, on garda cette appellation pour les gentilshommes n’ayant pas de titre même s’ils choisissent de ne pas être dans l’armée. C’était ainsi le titre de base quasiment pour les nobles.

Vient enfin le premier titre de noblesse, celui de chevalier. Il faut savoir que la chevalerie n’a pas toujours été un titre de noblesse. Il fut avant tout une distinction pour les combattants équestres d’élite. C’était un ordre militaire au service d’un seigneur. Un chevalier n’était au départ pas noble mais c’était un excellent ascenseur social. On mariait souvent sa fille à un grand guerrier, le rendant noble en conséquence. La chevalerie prit de l’important notamment grâce à l’Église et les croisades mais aussi, il faut le dire, par le roman de Chrétien de Troyes, les chevaliers de la Table Ronde au XIIe siècle qui influencera les mentalités. Les chevaliers étaient au service d’un seigneur. On devient chevalier par la cérémonie de l’adoubement. Petit à petit, cela devient un titre de noblesse lors que la plupart des chevaliers étaient des écuyers promus et qu’on leur accordait la charge de terres, bâtiments, etc.

Le banneret était un chevalier particulier qui portait la bannière de la seigneurie qu’il représentait. En cela, il était supérieur aux chevaliers traditionnels de ce même seigneur et les commandait ainsi. C’est un titre tombé en désuétude qui disparut lors de la création des compagnies d’ordonnance crées par Charles VII.

image utilisateurLe baron est un seigneur tenant son fief directement du roi. Les fiefs sont de l’ordre des villes, grandes villes avec parfois une forêt. Le siège de la baronnie (terre d’un baron) était souvent un château. La baronnie est le synonyme au Moyen-Âge de la châtellenie (plus petit découpage administratif d’un domaine).

Le vicomte était un officier de judicature du duc ou du comte, pour le gouvernement d'une ville ou d'une province ou le seigneur d’une terre titrée « vicomté ». C’est donc un officier, il représente une autorité supérieure, notamment le comte ou le duc mais aussi, s’il y en a un, le roi. Sachant cela, il est supérieur au baron dont le fief est obtenu par le roi mais ne représentant pas ce dernier.

Rentrons dans la haute noblesse avec le comte. Seigneur d’un comté, composé de plusieurs baronnies et vicomtés. Il s’agit du plus ancien titre de noblesse. Bien qu’au début, il n’avait qu’une fonction administrative, au Moyen-Âge, suzerain de sa province, il obtient les droits régaliens (justice, guerre, anoblir…)

Le marquis est un comte spécial, il est le seigneur d’un comté se trouvant aux frontières du domaine supérieur (royal ou ducal). Il était ainsi le premier exposé en cas d’invasion ennemie. Ainsi on lui conféra des pouvoirs militaires lui permettant de lever le contingent de l’armée sans avoir reçu l’ordre du souverain. Le but est ici de pouvoir réagir rapidement à une attaque ennemie sans avoir à demander l’autorisation au souverain, ce qui signifie envoyer un message au château et attendre son retour. Le marquis à la tête d’un marquisat est donc un comte avec des prérogatives étendues.

Le duc est à la tête d’un duché, composé de comtés. Ce sont des familles possédant une grande force militaire généralement. Il gère l’administratif, le judiciaire. En somme, il possède une certaine autonomie. C’est une des plus grandes principautés après le royaume. C’est en quelque sorte un gouverneur général.

Donc par ordre de préséance croissant : écuyer, chevalier, banneret, baron, vicomte, comte, marquis, duc…Oui mais pas seulement, il faut aussi tenir compte de la pairie. La pairie de France est composée des grands officiers, les proches du roi. C’est un office de la couronne et non un titre de noblesse, toutefois, être membre de la pairie vous met au-dessous de toutes les autres nobles non pairs de France. Ainsi un baron pair est supérieur à un duc qui ne l’est pas. La seule condition est d’avoir un fief. Mais ne nous leurrons pas, c’était surtout donné aux puissants seigneurs. À l’origine, c’était les électeurs qui votaient pour élire le roi lorsque la loi de la primogéniture n’était pas en vigueur. A partir de là, il était en charge de la succession, de l’organisation du sacre et c’était eux qui choisissaient la régence quand le roi était mineur. Cela présente l’avantage de siéger au Parlement de Paris et de n’être jugé que par une cour spéciale composée d’autres pairs. Ah, si Fouquet était resté procureur général du Parlement de Paris, il n’aurait pu être traduit en justice que par des pairs, mais il s’est fait avoir par Colbert.

Bien, continuons (car ce n’est pas fini) dans les titres et rangs. Il reste encore la couronne.
Les princes ou princesses du sang désignent tous les membres de la famille royale. C’est le rang de base de tout sang royal. Le Monsieur désignait, avant de devenir l’expression usuelle que l’on connait tous, le frère cadet du roi. Je rappelle le cadet est celui né après l’ainé. Vient le premier prince du sang, pas besoin de vous faire un dessin, c’est le prince héritier.

Un rôle peu connu, je pense, est celui de roi :D . C’est la personne qui exerce la royauté, c’est le chef du domaine royal, souverain des nobles de son territoire. Ses pouvoirs dépendent du régime dans lequel il est. Dans une monarchie de droit divin, il a énormément de pouvoirs dans la limite de la religion, dans une monarchie constitutionnelle, il est borné à la constitution, ou dans une monarchie élective, faut plaire aux seigneurs pour que sa lignée perdure. Mais globalement, cela reste le top.

Mais est-ce vraiment le sommet ? Non, il y a les empereurs. C’est le roi des rois en quelques sortes. C’est le seigneur d’un empire qui est composé de plusieurs royaumes. Prenons l’exemple de l’Empire britannique, il est composé de plusieurs royaumes. Tout comme le Saint Empire romain germanique.

On entend aussi parfois parler d’autres appellations, par exemple, douairière qui complète potentiellement un titre. Qu’est-ce que cela signifie ? C’est un des époux qui est veuf et bénéficie d’une partie des biens du défunt. C’est ce qu’on appelle un douaire, une partie des biens réservés pour l’époux survivant. Bien souvent, cela désigne dans le système agnatique (lignée par la masculinité), la femme du défunt noble, porteuse d’un titre, dont le fils et son épouse ont hérité. La femme de son fils hérité prend donc le titre de la mère. Par respect et égard, on lui laisse son titre auquel on suffixe douairière. C’est le lègue de son défunt mari. Cela peut s’appliquer aux hommes également même si les lignés cognatique (indifféremment homme-femme) sont rares. Pour les fans de Downton Abbey, prenons le Comte de Grantham, il a comme épouse Violet Crawley, Comtesse de Grantham. À sa mort, le titre alla à son fils, Robert Crawley. La femme de Robert, Cora, prit alors le titre de Comtesse de Grantham. Ainsi Violet Crawley devint Comtesse douairière de Grantham.

Dans les autres appellations, il y a également le consort. Il désigne l’époux non régnant. Il sert surtout dans les systèmes cognatiques à repérer qui dirige là où dans un système agnatique, il n'y a que l’homme. Ainsi, en Angleterre, Sa Majesté la reine Élisabeth II a pour époux le prince consort, Philip Mountbatten.

Et j’ai parlé du Premier Prince du sang pour l’ainé héritier, vous avez pu entendre le Dauphin. Le Dauphiné est un comté représentant actuellement trois départements : la Drôme, les Hautes-Alpes et l’Isère. Anciennement sous le Saint Empire romain germanique, il passe en 1349 sous l’autorité française. Domaine important, il fût attribué à chaque fils héritier du roi de France et ce, jusqu’à la Révolution. Les comtes gérant ce territoire étaient appelés Dauphins. Ainsi, on appelait souvent le Premier Prince du sang par son titre de Dauphin mais c’est valable qu’après 1349.

Titre particulier, le titre de Vidame était celui qui menait l’armée d’un évêque. C’est un équivalent à Vicomte.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE


Commentaires (15)

  • Suzerain royal
    Suzerain royal

    14/03/2018 à 15h29

    Pourquoi ne figure pas le suzerain ?

  • Lovedeath11
    Lovedeath11

    21/08/2017 à 13h51

    Merci, maintenant je sais qui est au-dessus de qui.

  • Chopchop
    Chopchop

    11/08/2017 à 14h50

    Vive la noblesse de foune! la seule valable!

  • le bourreau
    le bourreau

    23/07/2017 à 05h44

    pour moi la révolution n'a pas fait son boulot jusqu'au bout, il aurait dû les anéantir jusqu'au dernier, cette race de suceur de sang et les donner à bouffer aux cochons.

  • le bourreau
    le bourreau

    23/07/2017 à 05h42

    pour moi la révolution n'a pas fait son boulot jusqu'au bout, il aurait anéantir cette race de suceur de sang et les donner à bouffer aux cochons.

  • Baron de Seclin
    Baron de Seclin

    18/05/2017 à 10h34

    Je suis baron de Seclin et conte d'Angers.Merci!

  • Baron de Seclin
    Baron de Seclin

    18/05/2017 à 10h31

    Je trouve cela très explicite.Bravo à Yann Bidon!!!!!

  • Marquis ANDREOLI
    Marquis ANDREOLI

    12/05/2017 à 12h26

    Merci de vos renseignements. Je suis moi même marquis d'Ombrie et comte de Lombardie.Consul Honoraire pour la France de la Maison Impériale et Royale du Monténégro et Macédoine en Monaco.

  • Jaqueline_0010
    Jaqueline_0010

    01/05/2017 à 18h51

    Super mais qu'est-ce qu'un lieutenant ? j'aurai aime trouver la réponse sur votre site

  • loin 59
    loin 59

    17/03/2017 à 19h51

    Merci pour ces informations très utiles pour les joueurs de scrabble