background


En savoir plus sur moi

Yann Bidon - Développeur web et d'applications

Le blog

12 Oct

2014

Écrit Par  Yann Bidon

Des fautes de français

Je tenais, il y a 2 ans de cela, une rubrique faute sur mon mur Facebook. Le but du jeu était simple. Je postais un statut par semaine avec une ou plusieurs fautes de français à l'intérieur et les personnes devaient les dénicher. L'objectif était de repasser en revue certaines règles qui sont utiles lors de l'élaboration d'un rapport ou mémoire. Vous trouverez ci-dessous une compilation des rubriques avec, en masqué, la correction. Dû à l'énorme travail que cela est, je les ai récupérées brutes. Ainsi, si vous voyez des réponses à diverses personnes, n'en tenez pas rigueur. Au début, ce sont des phrases disparates, sans aucune logique entre elles, puis une histoire a émergé. Maintenant, jouons un peu :D

4 janvier 2013
"J'ai eu un léger différent avec mon fournisseur, il avait 2 heures de retard alors qu'il est, à peine, à 1,5 kilomètre d'ici." Il y a une faute dans la phrase ci-dessus. La trouverez-vous?

Spoiler (cliquer pour voir)

Correct. Différent est pour marquer une différence, et différend un conflit, quelque chose qui diffère.

J'espère que personne n'a été tenté de me dire "un s à kilomètre". En effet, j'ai mis un s à heures, pourquoi n'en ai-je pas mis un à kilomètre alors que 1.5 > 1 donc pluriel? Eh bien, non, en français, dans sa logique, le pluriel commence à 2. 2,50 euros mais 1,99 euro



"Quoiqu'on en dise, je suis heureux de retrouver le travail après que les vacances sont terminées." 1 faute.

Spoiler (cliquer pour voir)

Well well. On a des gens compétents. Effectivement, c'est "Quoi qu'on". Quoique existe mais est un équivalent à bien que. Quoiqu'on l'ait prévenu plusieurs fois, il continua dans ses travers. Ici, on peut aisément le remplacer par bien que. Par contre, "quoi que" revient à "que sujet+verbe quoi que ce soit". Dans notre cas, "quoi qu'on en dise" peut se transformer en "qu'on en dise quoi que ce soit" (c'est moche mais ça se fait). C'est donc bien "quoi que".

Par contre, "vil piège", contrairement à avant que + subjonctif, c'est bien après + indicatif (basé sur la proposition principale). Dans mon cas, j'ai "je suis" donc présent, donc je mets du passé composé, c'est-à-dire, "les vacances sont terminées" est juste aussi bizarre que cela puisse paraître.



"Je ferais peut être plus souvent ce genre de posts si cela vous inspire (pour éviter les fautes dans vos rapports). Sûrement pas tous les jeudi soirs mais de temps en temps". Il y a deux fautes dans celle-ci.

Spoiler (cliquer pour voir)

Très juste :D . Peut-être avec un trait d'union correspond à l'hésitation, le "pas sûr, je ne sais pas trop, je verrai". Alors que peut être sans le trait d'union correspond au verbe pouvoir suivi du verbe être. Par exemple, je peux être gentil quand je le veux". Là, il n'y a pas d'incertitude, je peux l'être. Cela peut, peut-être, être utile à savoir ;) .

Et effectivement, c'est jeudis soir. C'est un règle que j'adore. On dit "un jeudi" => "des jeudis" (les jours de la semaine prennent bien un s au pluriel) et "un soir" => "des soirs". Par contre, on dit "un jeudi soir" => "des jeudis soir". La raison? Car on aurait tort de dire que soir est un adjectif. La langue française considère que c'est un adverbe, qu'en fait, jeudi soir est une forme raccourcie de jeudi au soir. Et comme tous adverbes qui se respectent, il est invariable. Donc on ne met pas de "s" à soir



10 janvier 2013
Pour les amoureux des lettres:
"Pour pallier à la baisse de son chiffre d'affaire, il devait trouver un nouveau concept". 2 fautes.

Spoiler (cliquer pour voir)

On dit pallier+ le nom. Il n'y a absolument pas de "à" à mettre, c'est un transitif direct. On dit donc "Pour pallier la baisse" et non "Pour pallier à la baisse".

Et c'est "chiffre d'affaires" avec un S car c'est le chiffre des affaires, dans le sens, business. Affaire est toujours au pluriel dans ces cas-là. C'est la même chose par exemple pour « cabinet d’affaires », « chargé d’affaires », « homme (ou femme) d’affaires », « lettre d’affaires », « repas d’affaires », « voyage d’affaires ».



Une autre pour s'amuser un peu: " Son patron lui avait demandé: "Je te serais gré de bien vouloir venir au travail exceptionnellement ce soir". Elle savait en son for intérieur qu'elle aurait due refuser cette tache mais elle y alla malgré tout" (3 fautes, have fun).

Spoiler (cliquer pour voir)

Alors effectivement, c'est bien "elle aurait dû". On a l'auxiliaire avoir, ainsi nous n'accordons pas le participe passé. Donc pas de "es". Et quand nous avons "dû" tout seul, ce dernier prend un accent circonflexe qu'il perd lorsqu'il n'est plus la dernière lettre. Fallait bien y penser.

Ensuite, attention, c'est bien savoir gré qui veut dire "être satisfait, content de quelqu'un". La nuance sonore est faible entre serai et saurai mais elle est bien là. Donc ne vous trompez pas.

Pour finir avec les fautes, la "tâche" n'est pas une tache, tâchez de vous en souvenir. La tache est la salissure que l'on se fait, par exemple, une tache de vin sur une chemise blanche. Une tâche, par contre, est un TAF (Travail à faire), une mission, une opération à faire...

Une petite note pour for intérieur, c'est bien for, qui est un ancien mot qui persiste seulement grâce aux expressions (comme fur et chaloir). En droit ecclésiastique, c'est l'endroit où le tribunal peut exercer sa juridiction. C'est devenu par extension, le lieu de jugement. Donc for intérieur désigne l'endroit où on juge intérieurement quelque chose.



17 janvier 2013
"Toute énervée à l'idée que l'on pût euthanasier deux pachydermes, Brigitte Bardot a pris à partie les autorités !" (1 faute)

Spoiler (cliquer pour voir)

Quand « tout » peut être remplacé par « entièrement » ou « complètement », il est invariable devant un adjectif masculin (« tout bons ») comme devant un adjectif féminin commençant par une voyelle (« tout énervée », « tout énervées »). Devant un adjectif féminin commençant par une consonne, l’accord se fait (« toute belle », « toutes belles »)



2 fautes : "Toute ma vie, je n'eus que peu d'amours passionnés, mais elle, elle fit exception. Je me souviens encore des délicieux moments que l'on passait ensemble près d'un puit à l'orée d'une forêt vers sa maison. Son sourire restera gravé dans ma mémoire pour une éternité."

Spoiler (cliquer pour voir)

Comme le français n’est pas le langage le plus simple, il y a des noms masculins et d’autres féminins…et les deux. Certains peuvent être utilisé indépendamment comme hymne mais d’autres changent selon le nombre. Ce cas est heureusement limité à 3 mots. Il y a amour, délice et orgue. Ces mots sont masculins au singulier et féminins au pluriel. Ainsi c’est des amours passionnées

Il y a des mots invariables pluriels, c’est le cas de puits. Même si on parle que d’un seul, on met quand même un s. Donc un puits.



3 fautes : "Nous partions souvent nous promener en pleine campagne, elle et moi. Nous étions apaisés, posés sur l'herbe fraiche, savourant les délices merveilleux de la nature, de cette vie de bohême. Le temps s'arrêtait à chaque fois que je la regardais sourire. Quelle tristesse que ce moment si formidable fut à la fois si éphémère."

Spoiler (cliquer pour voir)

Fraîche? Alors oui, je suis d'accord car je suis puriste mais non, je ne la compte pas comme une faute. originellement, c'est bien fraîche. Mais par contre, il a été accepter qu'on mette fraiche sans le circonflexe suite à la réforme de 1990. Du coup, actuellement, ce n'est plus une faute.

En rappel , délice, amour et orgue sont féminins quand ils sont au pluriel. Ainsi, c'est "merveilleuse".

La Bohême est différent de bohème. La Bohême, avec un b majuscule, est un territoire de l'actuelle République Tchèque. Alors que la bohème avec un accent grave est une façon de vivre au jour le jour, dans la pauvreté et l'insouciance. Donc quand on parle d'une vie de bohème, c'est bien bohème et non Bohême.

La 3e faute était bien fût et non fut car le subjonctif est de rigueur et non le passé simple. Bravo à elle.



24 janvier 2013
Et c'est reparti pour toujours plus de fautes o/ . (2 fautes)
"Aujourd'hui, dernière journée de partiel. Les épreuves que j'ai passé durant cette semaine se sont plutôt bien déroulées dans l'ensemble. Et puis j'ai terminé par mathématiques appliqués, comment finir par une bonne note (dans le deux sens xD ). En bonus, on a eu droit à deux "fubuki", j'aime cette prof."

Spoiler (cliquer pour voir)

Oui, le sujet est "je" et on a l'auxiliaire avoir, donc je n'accorde. Sauf qu'il y a une exception. Si le COD est avant le verbe, on accorde. Or on a passé quoi? Les épreuves. Elles sont avant le verbe, on accorde et donc, c'est bien "passées" :D

Et pour appliquées. Hé oui, on dit la mathématique, c'est féminin. Donc appliquées, il faut mettre un e. C'était une question que j'ai eu cette après-midi^^.



31 janvier 2013
Nouvelle rubrique faute avec 2 fautes :
"Lorsqu'Amélie me quitta, je fus dévasté. L'amour de ma vie parti, la vie devint insipide, fade, terne... Mes joies, mes projets d'avenir, mes illusions s'en allèrent. Amer, mes amis s'éloignèrent, agacés par mes jérémiades, exceptés deux bons amis. Ces derniers m'ont soutenu jusqu'au bout."

Spoiler (cliquer pour voir)

En effet, je n'ai pas pris le prénom Amélie par hasard, ce prénom me permettait d'élider mon lorsque (cela signifie enlever le "e" pour mettre une apostrophe). Or lorsque ne s'élide que devant "il(s)", "elle(s)", "on", "un(e)", et éventuellement "en". Donc pas devant les noms propres, donc c'est bien lorsque Amélie.

Enfin, placé devant un nom ou pronom, certains participes passés deviennent invariables. C'est le cas de "exempté".



7 février 2013
C'est jeudi et comme chaque jeudi, c'est notre rubrique faute avec la suite de cette histoire de ce pauvre homme et de son amour perdu. Dans cette partie, une faute s'est faufilée, mais où donc?

"Mon esprit se soulagea enfin de sa peine, le temps faisant son œuvre. Ce fut, du moins, le cas jusqu'à l'anniversaire de notre rencontre. Cela aurait fait un an. Et à mesure que je me rapprochais de cette date butoire, je ressassais mes vieux souvenirs. Le poids du passé me revenait en pleine face. Et c'est ainsi que je retombai dans la nostalgie."

Spoiler (cliquer pour voir)

Retombais ? Mouhaha, cela aurait été trop facile :D. C'est du passé simple :D
http://la-conjugaison.nouvelobs.com/du/verbe/retomber.php . La bonne réponse est butoir. Même si date est féminin, butoir reste butoir au singulier et devient butoirs au pluriel. Il ne s'accorde qu'en nombre et non point en genre. Félicitation.



14 mars 2013
On est jeudi et après avoir plébiscité son retour, mesdames et messieurs, voilà le retour de la rubrique faute o/ *haut les cœurs*

"Pour l'anniversaire de notre rencontre, j'eus l'idée de retourner là où tout avait commencé. Il se faisait tard. En terme de temps, cela risquait d'être juste, surtout avec la pluie torrentielle qui s'abattait sur la ville...Mais quand on aime, on ne compte pas. Je pris alors un parka et m'en alla en vitesse, contre vent et marées pour retourner aux origines" (2 fautes)

Spoiler (cliquer pour voir)

Bou...personne ne m'a sorti "une" parka. Ce qui aurait été marrant car j'aurai pu dire que parka s'utilise indifféremment du masculin au féminin. Tout comme l'expression contre vents et marées d'ailleurs. Ha bah, je viens de le faire.

Bon, JE pris[...] et m'en allai, évidemment car 1ère personne du singulier du passé simple . Et c'est effectivement "en termes de". Que ce qui suit soit singulier ou pluriel, le "termes" prendra toujours un s .



21 mars 2013
Et c'est repartie pour les fautes :D, il y en a 2 :
"Les difficultés se sont succédé. Je m'enfonçais de nouveau dans la nostalgie...Reste-t-il encore un espoir? M'entend-t-elle ainsi pleurer? Peut être reviendrait-elle si c'était le cas...Je ne sais pas, je ne sais plus. Mais alors que j'étais là, affalé sous cette pluie battante, voilà qu'une jouvencelle vint me couvrir de son parapluie."

Spoiler (cliquer pour voir)

Succédées ? Mouhahahahahahaha, tu es tombé dans mon effroyable piège.Les difficultés ont succédé à des difficultés :D . C'est ce que j'ai dit via "se". Ici, "se" est un COI et cela change tout. On n'accorde pas le participe passé car ce "se" suivit de l'auxiliaire être vaut pour un auxiliaire avoir ( + à + sujet).

M'entend-t-elle se dit à l'oral. Oui, il y a un t. Or, à l'écrit, non quand le verbe se termine par un t ou un d (allez savoir pourquoi, il y a des privilégiés). Par exemple: "Pourquoi l’interrompt-il ?" ou comme dans le texte "M'entend-elle?". Le reste prend bien le t comme "Pense-t-il ce qu'il dit ?" ou "Qui convainc-t-il ?"...

Peut-être n'est pas la même chose que peut être. J'avais déjà fait cette faute lors d'une précédente rubrique, vous l'avez visiblement assimilée.

On aurait pu aussi objecter "voilà que + indicatif" et j'ai mis vint. Exact, donc du passé simple :D . Attention il vint est du passé simple et il vînt est du subjonctif ;)



4 avril 2013
3 fautes.
"Les personnes ayant tentées de me remonter le moral furent légions. Pour la plupart, cela fut vain. Mais cette fille... Je restais là, sans rien dire, sous la pluie diluvienne, à l'abri de son parapluie. Je ne voulais pas briser ce moment précieux, celui d'une rencontre. Elle prit finalement la parole pour me proposer de me ramener chez moi. Nous nous assîmes tous les deux sur les sièges arrières de sa voiture. Durant le trajet, je ne savais que dire, comment justifier mon comportement après tout? Arrivé chez moi, je sortis et la voiture s'en alla. Qui était donc cette fille? Comment savait-elle où j'habite? La vie, mes amis, est pleine de mystères. "

Spoiler (cliquer pour voir)

En effet, légion, quand il a le sens de nombreux, tout comme ce dernier, il ne s'accorde pas en nombre. Donc ils furent légion, sans le S.

Le "tenté" ne s'accorde pas. C'est l’auxiliaire avoir, pas de problème particulier.

Et voilà une petite ellipse un peu tordu, je le confesse. Cependant, sièges arrière ne prend pas de s pour la simple et bonne raison, qu'il s'agit des sièges de l'arrière. Plus globalement, quand on les emploie comme adjectif, avant et arrière ne s'accorde jms.



11 avril 2013
Aujourd'hui, 2 fautes dont une en dédicace à M. Drevet.

"Notre pauvre héros était perdu dans ses pensées : "Je ne comprend guère ce qui s'est passé la dernière fois. Qui était cette fille? Je ne la reverrai sûrement jamais et pourtant son image reste gravée dans mon esprit. C'est marrant, maintenant, j'ai de nouveau espoir en l'avenir alors qu'en soi, ma situation est la même. On verra bien qu'est-ce qui va se passer.""

Spoiler (cliquer pour voir)

C'est bien "Je ne comprendS...", c'est de la conjugaison.
Et enfin, pour madame Drevet, attention, elle est certes tatillonne sur l'écrit mais aussi déteste ce tic à l'oral. "Dans un second temps, on verra qu'est-ce j'ai fait durant mon stage", "Je n'ai pas compris de suite qu'est-ce qu'il m'a demandé", "On m'a interrogé sur qu'est-ce que je pourrai apporter à l'entreprise"... Pas bon, le "qu'est-ce que" est pour des tournures directes: "Qu'est-ce qu'on mange?"," Qu'est-ce que je vais faire?!"... Là, c'est des discours indirects, c'est "Dans un second temps, on verra ce que j'ai fait durant mon stage","Je n'ai pas compris de suite ce qu'il m'a demandé", "On m'a interrogé sur ce que je pourrai apporter à l'entreprise".



18 avril 2013
Et c'est partie pour la rubrique faute avec 1 faute:
"Les jours passèrent et je n'eus aucune nouvelle de notre lady. Et alors que je pensais ne plus jamais entendre parler d'elle, voilà qu'on sonna à ma porte. J'allais voir...ce n'était que le facteur. Mais il avait une lettre recommandée à l'intention de moi-même. Cela était surprenant, personne ne m'écrivait jamais. Je l'ouvris, et mon cœur ne fit qu'un bond."

Spoiler (cliquer pour voir)

A l’attention de ? C'est correct :D . Et pour la réponse à cette question, je laisse la parole à l'Académie française :
"La formule par laquelle, dans le langage de l’administration, on indique le destinataire d’une lettre, d’une communication, d’un envoi, est à l’attention de, pour marquer que l’on attire l’attention du destinataire, que l’on soumet cette lettre, etc., à son attention.

La locution à l’intention de (quelqu’un) signifie « pour lui, dans le dessein que cela lui soit agréable, profitable, bénéfique » : Il a acheté ce livre à leur intention, pour le leur offrir. On compose un poème à l’intention d’un ami. On fait dire une messe à l’intention d’un défunt."



25 avril 2013
3 fautes. Je rappelle l'épisode précédent, il reçoit une lettre du facteur:

"Cher Yann,

Dès les premières secondes, j'ai su que tu étais spécial. Tu étais là, sous la pluie, agenouillé. Tu m'avais l'air d'une âme brisée. Je peux comprendre ce que c'est. J'ai moi-même connu une histoire qui me laissa sans dessus dessous. C'est alors qu'une généreuse personne m'a tendu la main et à dire vrai, c'est ce qui me sauva des abysses dans lesquels je sombrais lentement. Je ne pouvais décemment pas te laisser dans le même état, pas après ce que j'ai traversé. Donc je suis venue te couvrir, te ramener chez toi. Et je suis partie... Cela fut une grossière erreur. Toi et moi, nous avons une connection, quelque chose qui nous lit. Et je ne veux rater cette occasion sous aucun prétexte. Maintenant, mon cher, lève la tête."

Je la levais et elle était là sur le pas de la porte, souriante :\) .

Spoiler (cliquer pour voir)

Réponse d'un tiers: Après bien 20 minutes de réflexion, je suis en mesure de donner les trois erreurs. Tout d'abord, il y a "Sens dessus dessous", car le sens est inversé, et non les repères disparus, comme l'indiquait le "sans". Ensuite, "Nous avons une connexion' et non pas 'connection", et pour finir "quelque chose qui nous lie", du verbe lier et pas lire. Voilà voilà ^^



2 mai 2013
Aujourd'hui, nous avons 4 fautes.

"Elle était là, de nouveau face à moi. Je l'invitai à rentrer et lui proposai une collation. Alors que j'amenai quelques en-cas, je réfléchissais à ce que je pourrais raconter. La dernière fois, je ne sue que dire et ne voulais pas me retrouver dans la même situation, à rester pantois. Mais finalement, une fois la glace brisée, les discutions s'enchainèrent naturellement. On apprit à se connaitre. C'était une artiste, assez extravertie, dynamique et à la fois sensible. Elle était du genre à s'attacher rapidement aux gens, ce qui pouvait être un défaut, elle l'a apprise à ses dépends. Elle sortait d'une histoire difficile. On avait de nombreux points communs."

Spoiler (cliquer pour voir)

Ok je fais le point ici. Elle a appris le fait que s'attacher rapidement aux gens peut être une défaut. Elle a appris quoi? Le fait que..., ici c'est un COD. Je l'ai mentionné juste avant, donc plutôt que le répéter, je met, elle l'a apprise. Le l' a le rôle du COD ici. On a l'auxiliaire avoir certes mais le COD est placé avant le verbe, on l’accorde mais avec le COD. C'est le fait de s’attacher rapidement aux gens donc appris car masculin.

Les terminaisons du passé simple du 1er groupe sont -ai, -as, -a, -âmes, -ates, -èrent . Imaginez que j'ai dit "Elle m'invita à rentrer et me proposa une collation", cela ne vous choque pas. Si je mets à la première personne du singulier, je ne mets pas "je l'invita", je mets la terminaison correspondante -ai, "je l'invitai" => http://la-conjugaison.nouvelobs.com/du/verbe/inviter.php

On dit un en-cas, qui est petit repas léger créé en cas de besoin. C'est son orthographe traditionnel même si depuis la réforme orthographique de 1990, il n'est pas faux de l'écrire encas. => http://fr.wiktionary.org/wiki/en-cas

On discute avec un thé...je veux dire avec un t mais on fait une discussion avec 2 s.
Et évidemment, sue est le verbe suer alors que nous souhaitons le verbe savoir, c'est donc sus.
La 3e est "elle l'a appris à ses dépens" et non dépends. Les dépens sont les frais de poursuite qu'un procès occasionne et plus généralement, ce que l'on a dépenser. C'est bien le nom dépens pour parler de ces dépenses et non le verbe dépenser.



9 mai 2013
Rubrique faute, haut les cœurs o/ . Notre héros écrit une mail à sa bien-aimée mais avec 3 fautes :( .

"Salut ma chère et tendre,

J'ai passé un excellent weekend à tes côtés. J'espère qu'il en va de même pour toi. C'est la raison pour laquelle je te propose une petite escapade en amoureux le weekend prochain. Cela nous permettra notamment de changer d'air et d'être dans un cadre un peu plus intime. Évitons que la rumeur se répande car le "ho, ils sont ensembles?! Je veux tout savoir", c'est lourd. Tu trouveras ci-jointes informations sur notre destination, si tu acceptes, bien entendu.

Tendrement."

Spoiler (cliquer pour voir)

Exact. Ensemble est invariable, pas de "S".
Ci-joint est invariable et pour cela, je laisse l'Académie française: http://www.academie-francaise.fr/la-langue-francaise/questions-de-langue#22_strong-em-ci-annex-ci-inclus-ci-joint-em-strong . On est dans le cas 2, alinéa 3.
C'est "évitons que la rumeur ne se répande". On le gobe souvent mais la négation "ne" est indispensable pour garder le sens.



23 mai 2013
En pleine période de partiel, mais je pense à vous. Petite rubrique faute avec 1 seule faute:
« Et bien ! il est temps que le soleil et les beaux jours arrivent ! »

Spoiler (cliquer pour voir)

Alors félicitation à vous deux pour le eh. C'est effectivement la seule erreur. Soleil prend une majuscule quand on parle spécifiquement de l'étoile sinon on considère que c'est un nom commun, désignant le beau temps, pas la nuit... Donc j'écrirai les vampires brûlent au soleil. Mais la Terre tourne autour du Soleil. Et pour le il, en fait, de la cas de ces interjections, la majuscule n'est pas obligatoire. Je laisse la parole au projet voltaire.
https://www.youtube.com/watch?v=3Ygeh-HCPyY



6 juin 2013
Rubrique faute plus tôt que prévu (mais qui va s'en plaindre?): 4 fautes
"Je dormais paisiblement lorsque mon réveil sonna. C'était le coût d'envoie d'une nouvelle journée. Je me levai, pris un espèce de t-shirt qui trainait là, un pantalon, les enfilai en un tour de main et allai prendre mon petit déjeuner. Encore ensommeillé, je repensais à la journée qui m'attendait, grosse et longue journée de cours... Toutefois, en fin de journée, j'avais la chance de voir ma chère et tendre. Alors cela me redonna le sourire et je me disais alors que c'était une bonne journée, finalement."

Spoiler (cliquer pour voir)

Beaucoup l'ont souligné, le fameux coût d'envoie est n'importe quoi^^. Ce n'est pas un coût mais un coup (faut dire, c'était frappant ). Et attention un envoi s'écrit sans e. Envoie est le verbe envoyer.

Le un espèce de...est faux. En effet, même si ce qui suit est masculin, le déterminant se réfère à espèce qui est féminin. C'est donc toujours, une espèce de. Ce qui n’arrange rien, c’est que l’adjectif ou le participe qui suit est censé s’accorder, lui, avec le complément. C’est ainsi que l’on écrira : « Cette espèce de sorcier est devenu (et non devenue) l’homme fort du village. »

Un tour de main est ... correct. On trouve bel et bien l'expression "en un tournemain" qui signifie la même chose. Ce sont des dérives orthographiques, les 2 sont acceptés.

Enfin, du futur dans le passé, c'est le petit nom du conditionnelle présent. C'est donc, j'aurais la chance de... Et pensez bien au s sinon c'est du futur simple.


14 Sep

2014

Écrit Par  Yann Bidon

Faut-il payer les professeurs au mérite?

J'ai lu récemment un article qui prônait un système de prime pour les professeurs en fonction de la réussite de leur élève. L'idée défendue par l'article est simple, au lieu d'augmenter les salaires par l'ancienneté et la formation qui n'auraient selon l'article pas d'impacts significatifs sur la réussite des élèves, il faudrait installer une rémunération incitative. En somme, on fait comme dans toutes entreprises lambdas, on veut motiver ses salariés, on y met un système de prime. S'ils font du bon boulot alors ils sont récompensés d'une prime, sinon, ils resteront avec leurs paies de base. D'après l'étude de l'institut Fraser qui comparent différents pays avec ce système de rémunération à d'autres plus conventionnels, c'est plus efficace et également plus rentable que baisse la taille des classes ou augmenter le financement des établissements. Alors, payer les professeurs au mérite serait-il la panacée dont à besoin notre système scolaire pour remonter son taux de réussite?

C'est beau le capitalisme. Et je suis généralement pour quand il s'agit d'entreprises. Mais voyez-vous, l'école n'est pas une organisation traditionnelle. Le système de prime est efficace, en effet, pour stimuler la motivation des employés. C'est un message clair qui leur dit de travailler davantage ou de manière plus efficiente pour être récompenser. Mais cela est exacte que lorsque cela ne dépend que de son travail, sinon cela est au combien injuste. Lorsqu'un commercial a une commission à chaque vente qu'il conclut, le nombre de vente dépend entièrement de lui. Lorsqu'un ouvrier doit atteindre un objectif de production, le nombre d'objet fabriqué dépend de lui. Mais lorsqu'un professeur donne un cours, les résultats ne dépendent pas uniquement de lui. Bien sûr, il a une part de responsabilité et a un impact significatif. Ainsi, un bon professeur saura intéresser les élèves, vulgariser et rendre accessible son programme à n'importe quel élève. Mais il serait bien ignorant de dire que la réussite d'un élève ne dépend que de cela. Il y a le milieu de travail (tous les établissements n'ont pas forcément les mêmes aménités et matériels), le milieu de vie de l'élève (il a été montré que quand les parents sont investis de manière active dans l'éducation de leurs enfants, les connaissances sont mieux assimilés ou encore, s'il a accès à Internet, des centres culturels comme les bibliothèques et bien d'autres), de l'élève lui-même (s'il n'a pas envie de faire d'efforts, on aura beau tout faire pour l'aider, il n'avancera pas) et puis de la difficulté de l'examen final (on a beau dire qu'ils sont de niveau équivalent, il y a toujours des disparités d'une année sur l'autre). Cela fait beaucoup de facteurs exogènes. Ainsi, rémunérer en partie un enseignant pour des éléments qui ne dépendent pas de lui, c'est plutôt injuste. D'autant que cela va être source d'inégalité. Combien de gens m'ont sorti qu'ils n'aimaient pas les mathématiques simplement car ils ont eu de mauvais professeurs...

En effet, on sait très bien qu'il y a des endroits ou des établissements dits "difficiles" et d'autres dits "élitistes". Il y aura toujours des écoles qui réussiront mieux que d'autres pour divers raisons, notamment la disparité sociale. Ainsi pour un même travail, un professeur d'une école d'excellence sera davantage récompensé qu'un professeur de ZEP, ces Zones d'Éducation Prioritaires car difficiles. Et quid des sections d'enseignement général et professionnel adapté (SEGPA) et des classes pour l'inclusion scolaire (CLIS)? Pour ceux qui ne connaissent pas les SEGPA sont des classes pour élèves en difficultés graves et durables et les CLIS sont des classes pour des handicapés. Les professeurs vont naturellement fuir ces établissements pour des établissement plus propices. Alors vous allez me dire qu'on pourrait faire des exceptions pour eux, genre une prime de difficulté. Mais là encore, cela serait injuste car il y a aussi des classes hors ZEP qui sont difficiles.

Le grand flou est également comment va-t-on évaluer les professeurs. Car toutes les classes n'ont pas un examen en fin d'année. Il faudrait instaurer un partiel de fin d'année pour chaque classe. Mais qui va le faire ce sujet de partiel? Cela ne peut décemment pas être le professeur car sinon, il va faire un contrôle simple, les élèves vont réussir haut la main et il récolte la prime. Des collègues de la même profession? C'est une corporation très soudée le corps professorale. Je n'ai guère confiance en des confrères pour faire un sujet objectivement sachant que cela jouera sur la paie de leur collègue. De même, il y aura des disparités entre les établissements. Non, il faudrait un sujet national réalisé par des professeurs externes et neutres du rectorat. Mais quand on voit combien coûte le BAC, pas sûr que l'État accepte pour un examen pour chaque année.

Alors là, vous allez me sortir un argument que j'ai déjà sorti, quand on parle de l'éducation de nos enfants, l'argent ne devrait pas être un critère prédominant. Exact, et je ne le renierai pas. Mais justement, je suis pour qu'on sorte l'argent des réflexions sur l'éducation de nos petites têtes blondes. Ainsi, un professeur qui ferait un cours intéressant uniquement dans un but mercantile... éthiquement cela me chagrine. N'y a-t-il que moi? Je suis d'accord, il faut qu'ils vivent et paient ses frais. Mais je paie déjà à la base pour un cour de qualité, je ne veux pas que la qualité et la réussite soient en supplément. Faire du progrès des élèves une finalité financière, cela me gêne. On parle de l'instruction de nos enfants.

Bref, je pense que vous avez deviné que je suis contre cette proposition avancée par cette étude canadienne. Notre système scolaire va mal et il faut le réformer, je suis d'accord. Mais la rémunération des professeurs au mérite n'est pas une solution selon moi.

22 Aug

2014

Écrit Par  Yann Bidon

La Fed arrête son aide exceptionnelle en octobre

Attention, cours d'économie en approche.

Actuellement la fed (la réserve fédérale américaine) utilise l'ultime recours pour sauver le monde financier, le "quantitative easing". C'est la stratégie adoptée en cas d'extrême nécessité et depuis la crise, c'est celle employé par la fed (pour dire à quel point on était dans le pétrin). Tout simplement car c'est le "god mode enable" de la fed. En gros, la fed réinjecte masse d'argent (du dollar évidemment) dans l'économie. Comme ça, tiré de son chapeau, certains diront "faire tourner la planche à billet ", maintenant, c'est plus de la création numérique. La fed injecte à peu près 85 milliards de dollars par mois dans l'économie.

Sauf que bon, elle ne peut pas juste les créer comme ça. Y a un moment, faut le partager et c'est là que le quantitative easing intervient. Cela passe par 3 actions.

1) La banque centrale baisse ses taux directeurs.

Actuellement, les banques n'ont pas des milliards de dollars dans leurs coffres. Maintenant, la plupart de la monnaie est fictive, ce qu'on appelle la monnaie scripturale (en opposition à la monnaie fiduciaire) et est généré par la dette. Le scripturale représente plus de 90% de la masse monétaire mondiale. Une banque peut prêter autant qu'elle veut tant qu'elle a 8% de la somme totale des prêts accordés en réserve. C'est le fameux ratio Cook (même si maintenant, on utilise le ratio McDonough, le pourcentage de 8% reste sensiblement le même). En gros, si une banque à 8 milliards dans ses réserves, elle peut prêter 100 milliards. Ainsi plus la banque a des liquidités, plus elle peut prêté au cent-huitième-tuple aux entreprises et particuliers.

Ainsi, l'État donne aux banques, mais pas que. Plus les banques ont des prêts, plus elles ont des intérêts perçus. Donc les banques cherchent à prêter plus et donc a avoir plus d'encaisses. Ainsi, elles vont faire des emprunts (ce qu'on appelle du refinancement) auprès de la banque centrale. L'idée est que la banque centrale prête à un certaine taux et la banque reprête derrière avec un taux plus fort (faut bien qu'ils gagnent de l'argent). Donc plus le taux directeurs de la banque centrale et notamment le taux de refinancement (qui compose le taux directeur) est faible, en cas de quantitative easing, il va de 0 à 0.25%, plus les banques peuvent prêter avec un taux plus faible. Ainsi plus les gens vont prendre des prêts qui sera réinjecter dans l'économie pour faire des investissements, acheter une maison, consommer...

2) La banque centrale achète une partie des bons du trésors

En période de crise, on se tourne vers les placements les plus sûrs et le plus sûr est, comme je l'ai déjà dit dans mes articles, c'est les obligations d'État et donc les bons du trésors. C'est mignon de prêter à l'État mais du coup, cela a un effet d'éviction indirect (fuite de l'argent du domaines privés vers le public). En gros, on donne à l'État au lieu de consommer ou d'investir en bourse (auprès des entreprises donc). C'est bien de mettre de côté mais la banque centrale veut stimuler le privé. Donc qu'est-ce qu'elle fait? Elle achète les bons du trésors qui deviennent ainsi beaucoup moins intéressant car on a un acheteur direct et ce qui nous pousse donc soit vers la bourse soit vers la consommation.

3) La banque centrale assure les actifs toxiques

La banque a prêté à des entreprises mais leur situation n'est pas stable ou fragile et on ne sait pas trop si l'entreprise va pouvoir rembourser. Genre si elle coule, bon, on va pouvoir vendre ses biens et tout mais, il n'est pas dit que cela va arriver à rembourser notre dette. Ces prêts (ces actifs du point de vu de la banque) sont alors dits "toxiques" car très douteux. La banque centrale assure, voire parfois, rachète carrément, ces actifs douteux. Ainsi si l'entreprise coule, la banque est remboursée par la banque centrale. Cela pousse évidemment les banques à prendre plus de risques et à prêter plus.

L'idée de cette stratégie est permettre de relancer la consommation et l'investissement (en grugeant totalement les règles mais fuck, faut sauver le monde). Le problème est que cela a créé des bulles spéculatifs tout autour du dollar. Les gens prennent des risques fous à cause de cette politique qu'on a appelé du "dollar facile". On a prêté sur des paris, des trucs risqués à souhait. Et là, la fed vient d'annoncer qu'elle arrête cette stratégie. Il y en a qui vont perdre énormément. Car s'ils n'ont plus leur drogue (le dollar facile), le marché va chuter, engendrant des pertes. Et plein de petits bulles un peu partout sur le globe vont exploser.

Mais d'un autre côté, il fallait bien à un moment couper les flots et fermer les valves. Mais cela va quand même avoir des effets désastreux. On ne peut pas comme ça, de manière déraisonné, augmenter la masse monétaire de la sorte. Ça entraîne des dettes immenses et une économie sous morphine donc c'est une bonne chose d'arrêter mais est-ce que le marché est prêt... Telle est la question.

11 Aug

2014

Écrit Par  Yann Bidon

Les ambassades

Au cœur du mécanisme et des relations diplomatiques, les ambassades jouent un rôle extrêmement important dans notre politique extérieure. Bien que le système de représentants d'un Etat dans un Etat tiers existe depuis longtemps, les actuelles ambassades ne sont réglementées que par une convention internationale datant de 1961 et mise en place en 1964. C'est la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques. Même si tous les pays ne ratifièrent pas dès 1961 cette convention, actuellement le monde entier l'a fait malgré quelques réserves à l'exception d'Antigua et Barbuda (îles des Caraïbes), la République de Palau (îles d'Océanie), les Îles Salomon (îles d'Océanie), Soudan du Sud (Afrique et la République du Vanuatu (îles d'Océanie). C'est cette convention internationale qui définit les modalités des ambassades et qui, pour le moment, a été rarement enfreint.

Mais sans rentrer dans les détails de la loi, concrètement à quoi sert une ambassade? Une ambassade est une représentation diplomatique d'un Etat auprès d'un autre. Son rôle est donc d'entretenir les relations diplomatiques avec l'Etat hôte. En effet, tout le monde n'avait pas un téléphone rouge qui permettait de contacter directement le dirigeant d'un Etat. En outre, ces derniers avaient d'autres problèmes plus importants à gérer que les relations diplomatiques. Ainsi pour éviter les grands déplacements, on mettait des représentants de notre pays dans les autres pays pour servir d'intermédiaire. Ainsi, on mettait des ambassades pour accueillir le corps diplomatique . Celui-ci devait alors faire un travail de lobbying pour défendre les intérêts de son pays auprès du pays hôte en tisant des alliances, des accords commerciaux, promouvoir son pays et être l'interlocuteur privilégié des dirigeants du pays hôte vis-à-vis de la politique étrangère relative au pays représenté par l'ambassade.

Mais c'est risqué quand même d'envoyer des gens de notre pays dans un pays qui n'est pas forcément allié. Ainsi il fallait certaines garanties et protections. L'article 22 de la Convention de Vienne assure l'inviolabilité de l'ambassade. C'est-à-dire que les autorités du pays hôte n'ont pas le droit d'y entrer à moins d'y être invité et que tous objets au sein de l'ambassade ne peut faire l'objet de perquisition et autres contrôles. Attention toutefois, contrairement aux idées reçus, une ambassade n'a pas l'extraterritorialité. Cela signifie que ce n'est pas un territoire du pays de l'ambassade mais reste toujours un territoire du pays hôte. Ainsi, un enfant né dans une ambassade obtient par droit du sol (s'il existe) la nationalité du pays hôte et non celle du pays que représente l'ambassade. De surcroît, la demeure privée de l'agent diplomatique est également inviolable conformément à l'article 30. De même, les personnes de la mission ont l'immunité diplomatique conformément à l'article 31 de la convention. En outre, pour éviter les moyens de pression et associé, d'après l'article 37, les membres du foyer du chargé de mission (ambassadeur) sont protégés ainsi que les employés de l'ambassade. Toutefois, rappelons que cette immunité n'est pas absolue. Tout d'abord, l'article 38 stipule que les ressortissants du pays hôte travaillant pour l'ambassade ou les gens ayants leur résidence principale (vivant dans le pays donc), soit beaucoup de monde, bénéficient de cette immunité et inviolabilité que dans l'exercice de leur fonction sous réserve de privilèges supplémentaires accordés par le pays hôte. En France, sachez que pour le corps diplomatique, sa famille et le personnel technique et administratif, la protection pénale est complète. Nonobstant, ils peuvent toujours être poursuivis dans le pays qu'ils représentent. En ce qui concerne le civil, elle est quasi complète à l'exception des cas évoqués dans l'article 31-1.

1. L'agent diplomatique jouit de l'immunité de la juridiction pénale de l'Etat accréditaire. Il jouit également de l'immunité de sa juridiction civile et administrative, sauf s'il s'agit:
a. d'une action réelle concernant un immeuble privé situé sur le territoire de l'Etat accréditaire, à moins que l'agent diplomatique ne le possède pour le compte de l'Etat accréditant aux fins de la mission;
b. d'une action concernant une succession, dans laquelle l'agent diplomatique figure comme exécuteur testamentaire, administrateur, héritier ou légataire, à titre privé et non pas au nom de l'Etat accréditant;
c. d'une action concernant une activité professionnelle ou commerciale, quelle qu'elle soit, exercée par l'agent diplomatique dans l'Etat accréditaire en dehors de ses fonctions officielles
~Article 31-1


En outre, on peut également demander ou faire pression pour que l'Etat accréditant (celui représenté par le diplomate) retire expressément l'immunité diplomatique de ce dernier, peu importe son avis, conformément à l'article 32. Enfin, si on ne peut rien faire niveau judiciaire, on n'est pas démuni pour autant car on peut dire que le diplomate est persona non grata sans avoir à se justifier et dans ce cas, il doit quitter le pays dans les plus brefs délais. Au delà d'un délai raisonnable, l'hôte n'est plus tenu de le considérer comme membre de mission diplomatique mais comme un simple ressortissant étranger ne jouissant plus d'immunité ou autres. Ainsi, dans ces cas là, généralement, ils partent pour éviter des sanctions. L'article 41 énonce que les diplomates se doivent de respecter la loi du pays hôte du moment que cela n'atteint pas leurs privilèges et le bon déroulement de la mission. Donc l'Etat hôte n'est pas non plus impuissant face aux diplomates.

Les ambassades correspondent avec leur pays de la situation dans le pays hôte, quel stratégie adopter, etc. Il fallait donc également protégr les correspondances. Ainsi l'article 24 protègent les documents et archives diplomatiques où qu'ils se trouvent. Toutefois, ils doivent être distinctement notifiés et séparés d'autres documents (notamment la correspondance privée) pouvant faire l'objet de fouille et saisi. L'article 27 assure la confidentialité des communications entre le gouvernement et l'ambassade. Ainsi seul les correspondances officielles sont inviolables (mais comment prouver qu'elles ne sont pas officielles si on ne peut les ouvrir?). Les valises diplomatiques ne doivent pas être ouvertes ni retenues par la douane. Si elle est transportée par un diplomate, ce dernier doit toujours l'avoir avec lui. Par exemple, s'il prend l'avion, la valise ne va pas dans la soute. On peut également nommer un courrier diplomatique, une personne avec un document officiel disant qu'il est porteur de documents officiels. Ce dernier jouit ainsi de l'inviolabilité de sa personne. En outre, une valise diplomatique n'est pas forcément une valise à proprement parler. Cela peut être un colis d'une dimension diverse. Ce dernier doit cependant préciser de manière visible qu'il est une valise diplomatique et ne doit contenir que des documents et objets à usage officiel, c'est-à-dire, dans le cadre de la mission. Par contre, s'ils souhaitent communiquer par satellite ou onde radio et ainsi installer un émetteur radio, ils doivent obtenir l'autorisation de l'Etat hôte. Et pour les déplacements, l'Etat hôte laisse la libre circulation aux diplomates sous réserve de lieux protégés relevant de la sécurité nationale comme l'énonce l'article 26.

En tout cas, voilà le rôle d'une ambassades et les protections qui ont été mises en place par la convention de Vienne afin d'assurer le déroulement de la mission. Alors là, certains d'entre vous vont se dresser en arguant qu'elles permettent de faire certaines démarches pour les ressortissants du pays représentés. En réalité... non, une ambassade ne fait pas cela. La gestion des ressortissants relève du consulat. Après, la plupart des ambassades ont une branche consulaire. Mais il convient de faire la distinction des deux. L'article étant déjà suffisamment long, on va rester sur l'ambassade et j'aborderai surement le consulat dans un autre article.

Vous allez me dire, ça c'est mignon mais en temps de guerre, on s'en moque un peu. Bah pas tellement, à moins qu'on souhaite se mettre la communauté internationale à dos. Il y a relativement peu d'infractions à cette convention par rapport aux nombres de conflits qu'il y a eu dans le monde. La dernière date de 2011 en Iran contre l'ambassade d'Angleterre. Ainsi, en cas de guerre civile, les ambassades se ferment et se barricadent. L'article 44 et 45 énonce que le pays hôte doit protéger l'ambassade en cas de conflit armé ou permettre aux diplomates de quitter le pays dans de bonnes conditions. En cas de guerre entre les deux pays, ces deux articles peuvent s'appliquer mais une autre mesure du droit international peut toutefois s'appliquer, bien que très peu apprécié par la communauté internationale, c'est l'internement. Cela consiste à arrêter les ressortissants d'un pays et les mettre en zone d'isolement. C'est des prisons mais on y rentre sans jugement, sans enquête juste à cause de notre nationalité. C'est ce qu'avait utilisé les américains sur les japonais situés aux US, après l'attaque de Pearl Harbor.

Cet article est déjà suffisamment long, je pense que je referai un autre article sur comment on devient ambassadeur avec les lettres de créances. On a déjà balayé une bonne partie de ce qui relevait de l'ambassade. En tout cas, voyez à quel point cela est important. Rappelons que le casus belli de la colonisation de l'Algérie fut un coup d'éventail du Dey à un diplomate français.

02 Aug

2014

Écrit Par  Yann Bidon

La polémique sur la faille énorme de l'USB

J'ai découvert récemment un article de Nikopik sur l'USB et sa faille de sécurité que l'on ne pourrait pas patcher et corriger. Cette faille importante mettrait notre PC à nu sans que l'on puisse s'en prémunir car elle est basée sur le fondement et le fonctionnement même de l'USB. Le seul moyen de se protéger est de boucher nos ports USB, ne rien laisser entrer.

Bon déjà, je pense qu'on sait déjà tous que l'USB est un potentiel danger. Une clé USB peut contenir des fichiers vérolés, être remplis de virus et également avoir le fameux autorun.inf. Je rappelle juste l'histoire de ce dernier, l'autorun.inf est un fichier d'options comme le .ini qui est présent dans les systèmes de stockage et renseignant l'autoplay dont le but est de lancer un programme une fois le périphérique connecté à la machine. L'objectif de cette technique était de faciliter la vie de Madame Michu pour que lorsqu'elle met son CD d'installation, le programme d'installation se lance sans devoir aller sur les supports de stockages, sur les amovibles, son CD et trouver le programme setup.exe. Sur le principe, c'est génial sauf qu'on pouvait aussi utiliser ça pour lancer des programmes installant des scripts, des backdoors, récupérant vos dossiers... Rassurez-vous, depuis, l'autoplay demande explicitement et impérativement le consentement de l'hôte. Bref, tout ça pour dire qu'on savait déjà que l'USB n'était pas des plus sécurisés et qu'il fallait ainsi contrôler ce qu'on branchait sur nos ports car c'était source de menaces.

Donc quel est plus concrètement cette faille incroyable que vont révéler Karsten Nohl et Jakob Lell lors du Black Hat. C'est un petit programme nommé BadUSB qui se greffe directement sur le firmware, ce qui inquiète Nikopik qui le met en gros. Même en formatant, vous ne le supprimerez pas. Ha ok, c'est juste une mesure pour le rendre plus difficilement supprimable mais cela nécessite quand même de pouvoir accéder et modifier le firmware, ce que peu de clés USB et associés autorisent. Mais disons ok. Comment ça marche donc?

Je suis allé voir sur leur site comment fonctionne BadUSB. Quand on connecte un élément sur un port USB, le firmware doit dire ce qu'il est car l'hôte ne le gérera pas de la même façon s'il s'agit d'une imprimante (périphérique de sortie), un micro-casque (périphérique audio), une clé USB ou un disque dur externe (périphérique de stockage), une webcam, etc. L'idée est de dire que le périphérique est un clavier. Il y a peu de contrôles par Windows sur les claviers, ils sont installés automatiquement. À partir de là, c'est bon, on peut envoyer plein de commandes en quelques secondes. Windows (pour ouvrir le menu démarrer), "cmd" (on cherche à ouvrir le terminal),Ctrl + Shift + Entrée (pour l'ouvrir en mode admin), flèche gauche (pour déplacer la sélection sur Oui sur l'UAC (User Account Control)) et voilà, je suis sur la console en mode admin et je peux faire tout et n'importe quoi. Genre, si je veux désactiver l'UAC: %windir%System32reg.exe ADD HKLMSOFTWAREMicrosoftWindowsCurrentVersionPoliciesSystem /v EnableLUA /t REG_DWORD /d 0 /f . Et là, c'est bon, je peux vraiment m'amuser :D . Là, je peux installer n'importe quel malware, je peux changer vos paramètres réseaux pour mettre un DNS vérolé qui va vous amener sur du fishing...

Cela vous fait peur, hein :waou: . Mais en regardant un peu les commentaires de l'article, j'ai pu voir que ce n'était pas nouveau. Il existait déjà une clé USB qui faisait de même et qui se nommait USB Rubber Ducky. Pour 40$, on dispose de cette clé où l'on peut, grâce à une microSD, y mettre une série de touche à jouer comme je viens de le faire plus haut. Donc bon, au final, ce n'est pas si révolutionnaire que ça.

Mais le fait que cela a engendré une polémique est bien. Cela va peut-être intensifier la normalisation et standardisation de l'USB de type C. En effet, pour le moment, il y a l'USB de type A qui est celui qu'on utilise le plus. Il y a l'USB de type B qui est ce qu'on appelle couramment le micro-USB. L'USB de type C sera plus petit et sera réversible. Plus de quoi s'embêter à chercher dans quel sens on le met :D comme pour le connecteur Lightning d'Apple. Et il devrait, suite à cette polémique, tenter de trouver une parade.

Pour vous donner un aperçu, la première image rendue publique fut celle-ci:
image utilisateur

Donc bon, ce n'est pas la mort. Cela fait un moment que l'USB est dangereux. Faut être vigilant sur ce qu'on connecte à notre PC, pas de quoi être plus paranoïaque qu'avant. Je suis sûr que la NSA l'utilisait déjà. C'est ainsi que se conclut cette article et vive l'USB 3.1 de type C.

28 Sep

2014

Écrit Par  Yann Bidon

L'utilité du Sénat

Aujourd'hui, c'est les élections sénatoriales. J'ai déjà fait un article sur l'élection sénatoriale et je ne tiens pas à me répéter. Ainsi, c'est une autre question que je souhaite aborder ici. En effet, le Sénat est de plus en plus décrié. Depuis l'affaire Dassault, où le Sénat a refusé la levée de l'immunité parlementaire de ce dernier, on a vu fleuri dans la presse des gens s'interroger de l'utilité du Sénat et à savoir si on ne pourrait pas s'en passer. On présente le Sénat comme une assemblée de vieux croulant profitant de l'argent du contribuable. Je ne suis pas de cet avis là et je vous propose de voir ensemble à quoi sert le Sénat.

Savez-vous ce qu'est le bicamérisme? C'est une organisation politique où le pouvoir législative qu'est en France notre Parlement, est divisé en 2. Il y a la chambre basse et la chambre haute. Le but est qu'il n'y ait pas qu'un seul et unique décideur et qu'on dispose ainsi au moins une seconde lecture avant d'adopter une loi. Sur la carte ci-dessous, vous trouverez les pays bicaméristes (en bleu) et monocaméristes (en orange).

image utilisateur

Notons qu'il y a plus de bicamérisme qui est surtout présent dans des pays démocratiques que de monocamérisme. En effet, il est toujours dans l'intérêt de la Nation d'avoir deux instances pour discuter des textes, y apporter des corrections via des amendements. D'autant que les conditions de vote des lois ne sont pas les mêmes. Les sénateurs ont souvent plus de temps pour étudier un projet de loi et sont surtout moins exposés médiatiquement par rapport aux députés. Le Sénat agit alors comme une soupape de décompression. Alors que les lois peuvent être voté à chaud et sur le coup émotionnel d'événement tiers à l'Assemblée, le Sénat peut et doit même prendre justement plus de recul et de temps. Temporiser pour laisser s'écouler la pression, l'émotion et prendre une décision plus objective sur un texte. Le Sénat est là pour calmer les choses et avoir un débat plus calme et moins enflammé que ceux que l'on peut voir à l'Assemblée Nationale.

Maintenant, on peut s'interroger pourquoi le Sénat est moins exposé et sur le devant médiatique que l'Assemblée Nationale. Le bicamérisme prévoit de diviser la décision en deux instances mais pas nécessairement que ces deux instances aient un pouvoir égal. En théorie et très souvent en pratique, pour qu'une loi soit appliquée, le texte doit avoir été validé par les deux chambres de manière identique. Ainsi, si le Sénat vote un amendement, le texte retourne ensuite à l'Assemblée et vice-versa. Et c'est seulement quand les deux chambres votent le texte sans y apporter la moindre modification que la loi est promulguée. Or, l'article 45 de la Constitution prévoit qu'en cas de différend entre les deux chambres, le gouvernement (et seulement lui) peut demander l'organisation d'une commission mixte (composée de députés et de sénateur donc) pour établir un texte qui sera proposé sans possibilité d'amender (sauf accord du gouvernement). S'il y a toujours désaccord, comprendre un accord et un refus, alors le gouvernement peut demander à l'Assemblée de statuer définitivement. Autrement dit, malgré toute la résistance que le Sénat peut faire, c'est la décision de l'Assemblée Nationale qui prévaudra. C'est pour cela que le monde médiatique se focalise sur l'Assemblée Nationale et délaisse le Sénat. Cette règle n'est pas mauvaise en soi car elle permet d'éviter un va-et-vient éternel de la loi quand une chambre a décidé de faire obstruction. Cependant peut-on pour autant dire que le Sénat est inutile si sa voix ne porte pas? Non, tout d'abord car c'est une procédure plutôt longue et lourde à mettre en place, ne pouvant être initiée que par le gouvernement et qu'il est préférable de laisser les deux chambres se mettre d'accord. Ainsi cette disposition est peu mise en pratique. Et même si elle ne peut pas refuser un texte indéfiniment, elle peut malgré tout l'amender et donc y apporter des modifications correctives salutaires qui seront amenées à être votées par l'Assemblée Nationale. Le but est d'éviter que le projet ou proposition de loi passe direct mais soit le fruit de négociations entre deux parties.

J'aimerai également rappeler qui sont les administrés de l'État, c'est-à-dire ceux qui dépendent et qui méritent donc d'être représentés. Il y a bien entendu le peuple. L'article 3 de la Constitution énonce que la Souveraineté nationale appartient au peuple qui l'exerce par ses représentants. Ainsi le peuple est représenté par l'Assemblée Nationale dont les membres sont élus directement par le peuple. Mais en fait, il n'y a pas que le peuple qui dépend de l'État. Il y a également les collectivités locales. Car oui, les collectivités locales, que cela soit les régions, les départements ou les communes, sont indépendantes de l'État. Elles en dépendent car c'est l'État qui définisse leurs missions, leurs dotations, etc mais ne sont pas l'État. Ainsi, comme l'État a un fort impact, il parait logique et légitime qu'ils soient représentés dans l'organisation de l'État. C'est le Sénat qui joue ce rôle en témoigne l'article 24 de la Constitution.

Rappelons également que l'Assemblée Nationale est un peu assujettie au président. En effet, le président peut dissoudre l'Assemblée Nationale alors qu'il ne peut pas dissoudre le Sénat. Le Sénat représente ici la stabilité. Lors de crise, le Sénat reste fidèle au poste. Il incarne la continuité de l'État et de ses institutions. Cela se voit notamment lors de la vacance de la présidence. En cas de vacance du président, c'est le président du Sénat qui gère les affaires courantes et l'intendance. Il n'a juste pas le droit de dissolution et de référendum qui reste les prérogatives du président en titre comme l'énonce l'article 7 de la Constitution. C'est ainsi qu'Alain Poher devient président par interim suite à la démission de De Gaulle et du décès de Pompidou. En ce sens, c'est presque un vice-président. Toutefois, bien qu'on entend souvent parler du président du Sénat comme le deuxième homme de la République, d'après l'ordre de préséance, il n'est en réalité que le 3e.

Tout cela pour dire que le Sénat est important tant pour le bicamérisme que la représentation des collectivités locales que la continuité de l'État. Ainsi, non, le Sénat ne sert pas à rien. Alors laissez le prospérer.

25 Aug

2014

Écrit Par  Yann Bidon

Les fêtes païennes fériées du calendrier

Une de mes professeurs adorent mettre des questions bonus sur de la culture générale dans ses contrôles et partiels. Lors d'un de ses contrôles, elle avait mis un ensemble de dates et les élèves devaient alors dire ce qu'on célébrait durant ces dernières. Evidemment pour éviter tous problèmes religieux, elle n'a pris que des fêtes païennes et républicaines. Toutefois, j'ai pu découvrir avec consternation que certains ne savaient pas du tout ce qu'on célébrait, juste que c'était férié. Ainsi, je vous propose de passer en revu et beaucoup plus en détails ces différentes fêtes et leurs origines.

1er janvier : Bon, celui là est le plus facile, c'est le jour de l'an, c'est-à-dire, le premier jour de l'année. Il faut savoir qu'il n'a pas toujours été le 1er janvier. Sous Charlemagne, par exemple, l'année commençait le 25 décembre à l'occasion de Noël ou encore, à l'époque des rois capétiens, c'était à Pâques que débutait l'année, ce qui donnait des années à longueur variable. C'est finalement l'Édit de Roussillon du 9 août 1564, promulgué par le Roi Charles IX qui fixa l'année au 1er janvier.

1er mai : Le premier mai a bien de la chance car il n'est pas porteur d'une mais de deux fêtes qu'il convient de distinguer : la fête du Travail et la fête du Muguet. Bien que ces deux fêtes soient souvent associées car se déroulant le même jour, elles ont toutes deux des origines bien différentes.

Commençons par la fête du Travail qui est la plus récente. Le 1er mai est le jour traditionnel aux Etats-Unis où les entreprises réalisent les calculs comptables, c'est le "moving day". Le 1er mai 1886, à Chicago, de nombreux syndicats appellent alors à la manifestation en ce jour symbolique pour exiger la journée de 8h de travail. Cette grève fut suivit par plus de 400 000 salariés, ce qui paralysa énormément d'usines. Mais la situation dégénéra avec les forces de l'ordre. S'en suivit dix morts, majoritairement policiers, d'innombrables blessés et 5 anarchistes condamnés à mort.

En 1889, la deuxième édition de l'International Socialiste se déroule à Paris, en mémoire du centenaire de la Révolution Française. Ce congrès choisit le 1er mai comme jour de lutte "mondial" pour la Travail et notamment la journée de 8h en hommage aux heurts de Chicago. Depuis, même après l'obtention de la journée de 8h en avril 1919, cette journée reste l'occasion pour les syndicats de militer pour de meilleurs conditions de travail. Ce jour devient alors chômé le 23 avril 1919. C'est pour cela que de nos jours encore, le 1er mai est la journée où les syndicats comme le CGT, CFDT et associés défilent dans les rues de Paris.

Parlons désormais de la fête du Muguet. Au Moyen-Âge, cette fleur d'origine japonaise dénommée alors Lys des vallée était réputé porter bonheur à son porteur et symbolisait la belle saison de Printemps. En guise de porte bonheur, on en offrit au roi Charles IX. Appréciant cette fleur, il décida en 1561 d'en offrir à toutes les femmes de la Cour, en la journée du 1er mai. Cette fleur deviendra alors le symbole du romantisme et de la rencontre amoureuse avec notamment des bals du muguet, un des rares bals où les enfants sont sans chaperon. Les jouvenceaux avaient avec un brin de muguet à leur boutonnière.

Enfin au début du XXème siècle, les couturières offraient à leurs petites mains un brin de muguet le 1er mai en référence à cette histoire. En 1976, la fête du Travail était devenu une machine bien huilée et leur ancien symbole, le triangle rouge symbolisant 8 heures de travail, 8 heures de loisir et 8 heures de sommeil n'étant plus valable depuis un moment car ayant obtenu leurs 8 heures de travail. Ils prirent alors comme symbole le brin de muguet. De là, cela a popularisé le muguet et le muguet est devenu la fleur de cette journée sans forcément être porté par des syndicalistes ou salariés manifestants mais juste pour porter bonheur. Donc attention, même si la fête du Travail a popularisé la fête du Muguet, c'est deux fêtes distinctes.

8 mai : 39-45, la Seconde Guerre Mondiale, un affrontement qui fit de nombreuses victimes. Cerné entre les forces de l'Est, soviétiques, et les forces de l'Ouest avec les Alliés, l'Allemagne comprend très vite que son Reich va s'effondrer. Face à l'intransigeance de Staline, l'Allemagne nazi va tenter de cajoler les Alliés pour qu'ils le protègent des soviétiques. L'Amiral Karl Dönitz, alors président du IIIeme Reich suite au suicide d'Hitler, envoie l'amiral Hans-Georg von Friedeburg à Reims au Supreme Headquarters Allied Expeditionary Force géré par Dwight David Eisenhower, alors chef d'État-Major général des Forces armées des États-Unis et par la suite commandant suprême des forces alliées en Europe. Ce dernier refuse.

Dönitz réitère sa demande le 6 mai 1945 et envoie son chef d'état major, le général Jodl, pour demander la paix avec les occidentaux. Eisenhower exige une capitulation totale et sans condition. Pour appuyer sa demande, il menace de sanctions militaires style bombardement, raid, attaque... en cas de refus. Jodl est donc contraint d'accepter. Il est ainsi signé à Reims le 7 mai 1945, la capitulation de l'Allemagne Nazi.

Le 7 mai? Pourquoi le 8 mai est férié et pas le 7? Car cela était sans compter sur la Russie. Staline était furieux que ce traité ait eu lieu dans une ville des Alliés alors que pour lui, c'est lui qui a fait une bonne partie du travail en conquérant Berlin, entre autre. Pour éviter de le froisser davantage, on fit un second traité de capitulation le 8 mai à Berlin, ville contrôlée par les soviétiques, qui signa définitivement la capitulation (et non l'armistice) de l'Allemagne. Attention toutefois, ce n'est pas la fin de la Seconde Guerre Mondiale, elle se termine lors de la capitulation du Japon le 2 septembre 1945.

14 juillet : Si, pour vous, le 14 juillet évoque la prise de la Bastille, c'est déjà un bon point, même si ce n'est pas tout à fait exact. En effet, c'est durant la IIIème République que se posa en 1879 la question de la fête nationale. Après quelques propositions de date, c'est le député Benjamin Raspail qui déposa le 21 mai 1880 une proposition de loi pour adopter le 14 juillet comme fête nationale.

Cependant, la prise de la Bastille du 14 juillet 1789 fut plutôt sanglant et restait une guerre civile, des citoyens luttant contre d'autres citoyens. Mettre ainsi un tel événement en fête nationale ne saurait pas le bienvenue. Ainsi, plutôt que de faire référence à la prise de la Bastille de 1789, elle fait référence à la fête de la Fédération de 1790. En effet, après avoir renverser la monarchie absolue de droit divin, les révolutionnaires voulaient organiser une fête d'union nationale. Ainsi, il y a eu plusieurs fêtes de la Fédération comme par exemple à Lyon en mai 1790. Mais La Fayette, alors commandant de la garde nationale de Paris, décida d'organiser une fête nationale de Fédération où il invita tous les français et le roi. La cérémonie eut lieu au Champs-de-Mars et un grand nombre de français répondit présent à l'appel. M. de Talleyrand-Périgord, en sa qualité d'évêque d'Autun, célébra la messe. Ensuite La Fayette, au nom de l'armée, les politiques et le roi prêtèrent serment de suivre la Constitution et ainsi marqua le passage à la monarchie constitutionnelle en France. C'est donc cette grande fête d'union nationale que l'on célèbre le 14 juillet.

11 novembre : 14-18, la première Guerre Mondiale et une des plus meurtrières de notre Histoire avec 18 millions de morts. C'est le 11 novembre 1918 que les différents généraux et dirigeants des belligérants se retrouvent dans un wagon du train de l'Etat Major du Maréchal Foch. Ils y signent alors l'Armistice à 5h15, marquant la fin des conflits armés. Le cessez-le-feu sera effectif à 11 heures. Cela marque une phase importante de la guerre, bien que n'en marquant pas la fin. En effet, le traité de paix est signé le 28 juin 1919 à Versailles. Le traité prend alors le nom de traité de Versailles. Mais l'Histoire et l'administration retiendra surtout la signature de l'armistice (fin des hostilités militaires) et décida de rendre ce jour de 11 novembre férié en hommage à tous ceux qui sont tombés pour que ce jour arriva. Donc pour être pointilleux et exact, on ne fête pas la fin de la guerre qui arrivera en 1919 mais la fin des combats militaires.

Voilà, hé oui, il n'y a que peu de fêtes civiles fériées. Je finirai par une anecdote sur une fête civile non fériée. La fête des grand-mères qui a lieu le premier dimanche de Mars a une origine commerciale. Elle a été créée en 1987 par la marque de café, Café Grand'Mère, du groupe Kraft.

13 Aug

2014

Écrit Par  Yann Bidon

L'organisation atypique de la cité de Londres

Avec un tel titre, je vois vos regards circonspects me scruter avec un air de "mais de quoi parle-t-il? Elle a quoi d'atypique la cité de Londres? C'est une grande métropole européenne, avec un grand poids dans la Finance mais ce n'a rien d'atypique". Ah, mes chers lecteurs, apprenez que la cité de Londres comptait 11 700 habitants en 2010. Alors là, vous me regardez avec encore plus d'étonnement car vous êtes cultivés et savez que Londres compte pas moins de 8,4 millions d'habitants. Il y a donc quelques choses qui clochent. Et si je vous disais maintenant que la cité de Londres est aussi appelé la City, cela doit vous évoquer quelque chose, non? Vous vous dîtes: "Ah, le grand quartier des affaires londoniens, le centre névralgique du monde de la Finance, ok!". Oui c'est ça... à un détail près. Contrairement à la croyance populaire, la City ou la cité de Londres n'est pas une partie de la ville de Londres, mais une ville à part entière. Elle dispose de son propre maire avec sa propre mairie qui collecte ses propres taxes suite à ses propres arrêtés et faire respecter la paix par sa propre police dans la limite de ses propres frontières.

Malgré son apparence moderne avec le Gherkin et autres buildings significatifs de la City, la cité de Londres est une des plus vieilles organisations ininterrompues et peu changée aux Royaumes-Unis. En fait, elle est même plus vieille que le Royaumes-Unis. Le premier maire de la cité de Londres qu'on a pu répertorier date de 1189 soit bien avant le règne de la reine Victoria, la réunion de l'Angleterre et l'Ecosse, l'Angleterre était à ces balbutiements. Mais là, je parle juste du système actuel :D . Si vous voulez un peu d'Histoire, il faut remonter à l'époque romaine vers l'année 43. Ils viennent d'envahir le bas de l'Angleterre et fonde la cité de Londinium. Et que font bien les romains? Des centres marchants et des fortifications. Alors qu'est-ce qu'ils ont fait? Bah il fait de Londinum le centre marchant de la Bretagne romaine et comme c'était un grand pole marchant, ils l'ont bien protégés.

Bon, attention spoiler, les romains ont chu et l'Histoire suivit son cours avec des royaumes, des duchés qui bougent mais Londinum resta tranquille dans son coin et continua à prospérer comme ville marchande. Puis vient Guillaume le Conquérant, notre fameux normand, qui alla ravir la couronne d'Angleterre. Et il arriva à Londinum qui était bien gardée comme sus-mentionnée. Il demanda à ce que la cité le reconnaisse comme roi, la cité a demandé à ce qu'on lui garde ses privilèges. Après de nombreuses négociations, finalement, Londinum fit de Guillaume le Conquérant son roi et ce dernier garda l'indépendance de la cité. Il prit alors Westminster comme capitale royale. Jaloux du succès commercial de Londinum et de son enrichissement, Wesminster a voulu se développer pour devenir la vraie ville dirigeante. Elle s'étendit et s'étendit jusqu'à encercler et faire une enclave de la cité de Londres dont l'indépendance resta affirmée. Mais ironie du sort quand même, cette grande ville était surtout connu à l'étranger par la ville de la cité de Londres et donc les gens se sont mis à appeler Wesminster, Londres... En 1965, on a décidé de faire une réforme pour créer une nouvelle subdivision pour la capitale, devenu tellement grosse que cela en est une région. On a ainsi formé le Grand Londres découpé en 32 circonscriptions et la cité de Londres est une de ses 32 circonscriptions et est donc membre du Grand Londres. Mais, l'Autorité du Grand Londres gère l'ensemble du Grand Londres moins la cité de Londres qui reste sui generis, autrement-dit, avec son organisation propre.

Ok, youpi, c'est passionnant, la City est un territoire indépendant de Londres et alors? Revenez à ce que j'ai dit un petit peu plus haut : "une des plus vieilles organisations ininterrompues et peu changée aux Royaumes-Unis". Peu changée! Peu changée! Donc c'est une cité, il y a donc un maire, en fait, c'est un Lord-Maire, pour être tout à fait exact, son nom est "Le très honorable Lord-maire de Londres" ou en anglais "The Right Honourable Lord Mayor of London". Ce maire est distinct de celui de Londres donc. Et de vous à moi, je préfère de loin la mairie de la cité de Londres que celle de Londres.

Bon alors jouons un petit jeu de simulation. Vous voulez être le maire de la cité de Londres. Donc il vous faut ce que tout maire doit avoir, c'est-à-dire, la majorité, être britannique ou du Commonwealth ou de l'Union Européenne maintenant, résider dans le pays depuis plus d'un an et gagner l'élection... Oubliez tout ça pour la cité de Londres. Alors, le Lord Maire a des pouvoirs judiciaires et policiers, il faut donc qu'il ait une certaine expérience dans la matière et donc il faut avoir été au moins une fois "Shérif". Car oui, le Lord Maire est assisté de deux shérifs qui doivent faire régner la loi et assiste à la Central Crime Court Old Baley (la cour d'Assise anglaise). Ok, pas de problème. Donc d'abord, il faut devenir shérif. Comment le devient-on?

Pour devenir Shérif, il faut être membre du Conseil des échevins (les échevins sont des magistrats, c'est juste un terme ancienne). Et devinez quoi? Pour être membre du Conseil des échevins ou "Court of Aldermen" en anglais, il faut être échevins. Un échevin est un peu comme un conseiller municipal. La cité de Londres est composé de 25 quartiers appelés Ward. Et chacun de ses quartiers est représenté par un Aldermen au Conseil des échevins. Ok, donc j'ai juste à gagner l'élection d'un ward pour être échevin et c'est tout. Oui mais ce n'est pas une sinécure non plus car... tout le monde n'est pas éligible pour être échevin. En réalité, même peu le sont. Seul les citoyens d'honneurs sont éligibles, ce qu'on appelle les freemen. Et comment devient-on citoyens d'honneurs. Eh bien le "Court of Aldermen" peut nous élever à ce niveau.

Problème, si le conseil des échevins n'élève personne, ils resteront entre eux sans concurrent. Ainsi, on a fait en sorte que le "Court of Aldermen" ne soit pas le seul à pouvoir élever les citoyens. Et c'est là qu'intervient les guildes ou comme on les appelle les "Vénérables Compagnies" soit en anglais les "Livery company". C'est des anciens ou modernes corps de métier qui confèrent à leur membre le titre de freemen. Elles sont au nombres de 110, il y a par exemple, la guilde des poissonniers, des drapiers, des sommeliers, des armuriers, des fabricants d'éventails... Cela est une ville marchande, n'oublions pas. Mais certains métiers ne sont plus viables et se sont ainsi convertis en oeuvre de charité. Vous pouvez monter votre propre guilde et vous auto-attribuer le statut de citoyen d'honneur. Mais pour cela, il faut que votre guilde comme par exemple "la guilde des informaticiens", soit approuvée par le Conseil des échevins. On en revient toujours à eux.

Bon, vous arrivez à avoir, grâce à vos efforts remarquables, le statut de citoyen d'honneur. Vous pouvez ainsi tenter de vous présenter. Mais ce n'est pas le seul impératif. Avant, il va falloir avant se faire approuver par le "Lord Chancellor’s Local Advisory Committee" soit le "Comité consultatif local du Lord Chancelier". Pour information, le Lord Chancelier est un officier de la Couronne et un des plus hauts fonctionnaires du gouvernement britannique. Vous pouvez retrouver la liste des impératifs pour être éligible ici. Il nous a approuvé donc maintenant, faisons campagne auprès des habitants...et des entreprises. En effet, les entreprises peuvent voter. C'est une ville, je le rappelle, très favorable au marché et pour 1 résidant de la City, il y a en moyenne 43 travailleurs non-résidents. Il est donc normal qu'ils aient leur mot à dire. Ainsi on donne des voix aux entreprises. Plus elles sont grosses et possèdent du monde, plus elles ont des voix. Ces voix sont ensuite distribuées par l'entreprise à ses salariés qui ne sont pas résidents de la City, on les appelle les "Livery Men" (puisque les entreprises sont les "Livery Company"). Vous arrivez à gagner les élections de votre Ward, félicitation. Vous devenez échevins et donc membre du conseil des échevins, présidé par le Lord Maire, pendant 6 ans. Quand je vous disais que c'est un peu comme un conseil municipal.

Maintenant, il ne reste plus qu'à devenir Shérif et qui élise le shérif? Les "Livery Men" des "Vénérable Compagnie" :\) . Donc on va encore faire du charme aux guildes et aux entreprises et il y a un vote pour qu'on devienne Shérif pendant une année. Donc vous faîtes votre année en tant que shérif et maintenant que vous n'êtes plus qu'un échevin mais que vous avez été shérif, vous pouvez vous présenter comme Lord Maire.On invite les livery men et on vote à main levé à Common Hall. Et là, on vous élit. Vous voilà Lord Maire pour un an.

image utilisateur

image utilisateurHa oui, ai-je oublié de préciser que l'uniforme n'a pas non plus changer d'époque et donc qu'on a toujours cette tenue traditionnelle? Mais bon, rassurez-vous ceci est juste la tenue d'apparat pour les cérémonies officielles, sinon il y a des tenues plus légères comme celle-ci. Une fois élu, il y a le Lord Mayor Show, c'est une grande parade avec la calèche en or que vous voyez plus haut avec des gardes, un peu de carnaval... Cette parade va de GuildHall (la mairie) jusqu'à la Royal Court of Justice où le nouveau maire va prêter serment à la couronne.

Maintenant que vous êtes Lord Maire, parlons quand même un peu de votre rôle. Vous êtes l'ambassadeur de la City. En gros, votre but est d'attirer les entreprises et les gens à venir à la City, promouvoir la cité de Londres. Pour cela, vous allez devoir prononcer pas moins de 800 discours par an, vous voyagerez au moins 100 jours à l'étranger dans plus de 22 pays. Vous ferez de nombreux banquets avec des personnalités du pays comme le premier ministre, le chancelier de l’Échiquier (Ministre du budget) ou encore le Secrétaire d'État des Affaires étrangères et du Commonwealth.

Mais rassurez-vous, pour ça...vous n'aurez aucun salaire ni remboursement, cela se fera sur vos deniers personnels. Après, ceux qui arrivent à ce rang sont rarement pauvre et à plaindre donc ma foi. Et puis, vous pouvez porter un tricorne, ça vaut le coup. Non plus sérieusement, en plus d'être Lord Maire, vous devenez également, Chief Magistrate of the City of London, Admiral of the Port of London, Chancellor of City University, President of Gresham College, President of City of London Reserve Forces and Cadets Association, Trustee of St Paul's Cathedral et enfin vous siegez au City's Commission of Lieutenancy. Et vous êtes à la tête d'un immense patrimoine car vous avez la cité de Londres mais pas que. La cité de Londres gère et entretient de nombreux jardins et espaces verts comme le Hampstead Heath, la Epping Forest, le Ashtead Common, le Burnham Beeches, le Highgate Wood et le City Commons (qui comporte 7 réserves naturelles) ainsi que 2 parc, le Queen's Park et le West Ham Park. Tous ces espaces ne sont pas sur votre territoire mais à vous quand même. Et comme ça ne suffit pas, vous êtes à la tête de Bridge House Estates, ce qui signifie que vous gérez et entretenez les ponts de Londres comme le London Bridge, Blackfriars Bridge, Southwark Bridge, Tower Bridge et the Millennium Bridge. Regardez sur ces lieux et vous verrez les armoiries de la cité de Londres.

Mais bon, vous n'avez pas non plus tous pouvoirs, il y a le Common Council of the city of London qui est un peu l'Assemblée Nationale. Son but va être de conseiller le Lord Maire. Pour cela, les conseillers se réunissent en comité thématique et participe ainsi à la vie politique de la cité ainsi qu'à l'administratif. Ils sont également la police car c'est eux qui dirigent la police municipale.

Etant indépendant des départements et régions du Grand Londres, il n'a donc pas de représentant normal au Parlement. Ainsi, on a créé une fonction spéciale, celle de "Remembrancer" ou "Remémoreur" en français. C'est un haut officier de la cité de Londres, chef de Protocole mais surtout représentant de la cité de Londres auprès du Parlement pour défendre les intérêts de la City. En gros, quand il y a un article qui gène les intérêts de la City, il est là pour se battre afin qu'on exclut la City. Par exemple, lorsqu'il était question de réformer les élections aux Royaume-Unis, le Remembrancer a dit "ok mais pas à la City" et donc on a fait une astérisque pour exclure la City de la loi. Avaaz avait fait une pétition pour abolir en vain la fonction en arguant que du coup, on permettait au lobbyisme bancaire de siéger au Parlement.

Donc voilà, en résumé, la cité de Londres est une ville dans la ville (Londres) d'un pays (Angleterre) dans un pays (Royaume-Unis) quasi indépendante et n'obéissant qu'au souverain. C'est le centre de la finance et un des plus grands quartiers des affaires européens. Donc ce petit espace d'à peine un kilomètre carré pèse énormément.

06 Aug

2014

Écrit Par  Yann Bidon

Le numéro IMEI de votre téléphone portable

Dites-moi, chers amis, vous êtes-vous déjà demandé comment votre opérateur vous identifiait. Car pour faire transiter le flux audio d'un téléphone à un autre, il faut bien une source et un destinataire. Comment votre opérateur téléphonique reconnait le destinataire?

"Houlà Yann, tu as bu? c'est évident, c'est par son numéro de téléphone", me direz-vous. Oui, c'est vrai. Mais non, je n'ai pas bu et c'est une question qui n'est pas aussi induite que cela. En effet, votre numéro de téléphone dépend de votre carte SIM et de votre opérateur. Et quand on va chercher à vous contacter, c'est celui-ci que l'on doit composer. Enlevez votre carte SIM, vous n'êtes plus relié à votre opérateur. Si on vous appelle, on ne pourra plus vous joindre. Et pourtant, vous pouvez appeler certains numéros dit d'urgence comme le 15 du SAMU ou le 112 en Europe. "Normal", me direz-vous et vous avez bien raison. Que cela soit sans forfait, sans carte SIM, on doit pouvoir appeler les secours. Mais se pose alors la question de comment on vous reconnait. Car pour pouvoir encore une fois faire transiter, vous, vous avez le numéro des secours, donc votre flux audio va leur arriver. Mais eux, vous n'avez plus de numéro car vous avez enlevé votre carte SIM, comment vous reconnait-il?

Vous l'avez deviné avec le titre, c'est grâce au numéro IMEI. L'IMEI signifie "International Mobile Equipment Identity", autrement dit l'identité internationale d'équipement mobile. Chaque terminal mobile a un IMEI unique qui permet de le reconnaître de manière sûr car lui dépend de votre mobile. Il est propre au terminal. Pour faire l'analogie avec les ordinateurs, le numéro de téléphone est l'adresse IP et le numéro IMEI est l'adresse MAC.

Comme il est unique et propre à votre téléphone, il n'est pas rare qu'on vous le demande lorsque vous le faîtes assurer. Mais le numéro IMEI est connu pour une autre utilité. On vient de vous voler votre précieux téléphone? Vite! Téléphonez (oui, on vous vole votre téléphone, vous devez téléphoner...) à votre opérateur pour qu'il désactive votre carte SIM. Ainsi il ne pourra pas appeler des numéros surtaxés ou à l'étranger alors que vous payez. Mais il pourra toujours changer votre carte SIM par la sienne et c'est bon, ça remarche. Ce qui l'intéressait était votre beau smartphone dernière génération. Donnez à votre opérateur avec le rapport de vol le numéro IMEI et il le mettra sur une blacklist commune au opérateur français. Ce téléphone deviendra alors inutilisable car incapable de se connecter aux réseaux du moindres opérateurs français. En outre, il est à fournir lorsque vous souhaitez débloquer un téléphone bloqué.

Donc là, vous vous demandez : "Mais où trouve-t-on ce fameux numéro IMEI?". Pour se faire, il vous suffit de faire comme si vous alliez appeller quelqu'un et de taper " *#06# " et votre numéro IMEI apparaîtra automatiquement. Vous pouvez également le retrouver dans une étiquette sous la batterie et sur la boite d'emballage, en général vers le code barre. Évidemment, on ne garde pas toujours l'emballage et une fois volé, bah on n'a plus accès au téléphone. Ainsi, il convient de le noter ailleurs.

Pour sa composition, je laisse la parole à Wikipédia:

L'IMEI est composé de 15 chiffres (14 chiffres utiles + 1 chiffre de contrôle). Depuis le 1er avril 2004, il contient les informations suivantes :

Le Type Allocation Code (TAC) fourni par l'autorité de certification. Il est codé sur huit chiffres, les deux premiers chiffres désignant le code pays où le mobile a été immatriculé (et non vendu), par exemple souvent 35 (BABT UK) pour les Nokia.

Le numéro de série (SNR) de fabrication de cet appareil, codé sur six chiffres.
Le chiffre de contrôle servant de somme de contrôle sur les 14 autres chiffres. Le nombre entier doit vérifier la formule de Luhn.

Avant le 1er avril 2004, le TAC n'était codé que sur six chiffres et l'IMEI contenait aussi l'information suivante :

Le Final Assembly Code (FAC) qui fournit la dernière usine par laquelle est passé le terminal. Il était codé sur deux chiffres.
~Wikipédia



Voilà, j'espère que vous avez appris un peu plus sur comment marche un téléphone et l'importance de ce numéro IMEI.

20 Jul

2014

Écrit Par  Yann Bidon

Le port de l'écharpe, insigne de la République

Je me souviens d'une personne qui avait raillé Gérard Collomb, sénateur maire de Lyon, car il portait son écharpe à l'envers par rapport aux autres maires de la région qui l'entouraient durant un événement. J'ai donc rappelé à cette dernière les différentes règles relatives au port de l'écharpe car en effet, en tant qu'insigne de la République Française, son port est strictement réglementé.

Pour les maires et conseillers municipaux, c'est l'article D2122-4 du code des collectivités locales qui réglemente le port de l'écharpe. Son dernier alinéa énonce que l'écharpe se porte obligatoirement de l'épaule droite au côté gauche. Et lorsqu'il est porté comme tel, l'ordre des couleur est rouge blanc bleu avec le bleu près du col. L'objectif est de marquer une distinction avec les parlementaires (députés et sénateurs) qui eux le porte dans l'ordre traditionnel du drapeau français, c'est-à-dire bleu blanc rouge avec le rouge près du col. Une alternative pour les élus locaux est le port en ceinture. Dans ce cas là, il faut impérativement mettre la couleur bleue en haut. En résumé:
image utilisateur

Il convient de distinguer Monsieur le Maire des autres conseillers. Pour ce faire, il faut regarder les glands qui pendent de l'écharpe. S'ils ont des franges d'or, c'est que c'est le Maire. Si elles sont en argent, alors c'est que c'est un adjoint ou un conseiller municipal.
image utilisateur

En théorie, c'est le maire et les adjoints qui portent l'écharpe en leur qualité d'officier de l'état civil, les conseillers municipaux doivent la porter seulement quand ils remplacent le maire ou un adjoint et quand il célèbre un mariage sous délégation du maire. Après, il y a une relative tolérance sur cette règle.

Il convient de porter la fonction la plus élevée donc M. Collomb avait raison de la porter à l'inverse des maires car c'est un sénateur.

Outre la France, les eurodéputés ont également une écharpe bleue:
image utilisateur

Enfin, les Grand-Croix de l'ordre de la Légion d'Honneur et de l'ordre National du Mérite ont le droit à une écharpe respectivement rouge et bleu.
image utilisateur

image utilisateur

Rappelons enfin que les insignes étrangers et donc le port de l'écharpe par un français doivent relever d'un pays souverain et une autorisation de port délivré par le Grand Chancelier de la Légion d'Honneur conformément à l'article R160 et R161 du Code de la Légion d'Honneur et des médailles militaire.